Grain de Sail, voilier-cargo |
Révolution du Transport Maritime

Article - Environnement

© Grain de Sail

Seriez-vous prêts à payer votre tablette de chocolat 10 centimes de plus, pour réduire votre impact carbone ? 

C’est l’aventure passionnante dans laquelle s’est lancé Grain de Sail. Une révolution du transport maritime grâce au voilier-cargo.

Du vin français contre du cacao des caraïbes,
le tout zéro carbone, ou presque !

J’ai toujours aimé les bretons ! À travers mes voyages, ils font partie des gens les plus sympathiques que j’ai pu rencontrer. Et en plus, beaucoup d’idées ingénieuses émergent de cette magnifique région (Nomades des mers, Lost in the Swell, The Biking Bros’Heart, etc.). Parmi elles, Grain de Sail représente un exemple épatant de transition écologique, une évolution que l’on serait bien inspiré de suivre.


Du produit brut, fèves de cacao et grains de café, au transport par voilier-cargo, jusqu’à leurs produits finis, on peut dire que leur circuit est incroyablement responsable autant sur le plan environnemental que humain.

chocolat-feve-cacao-grain-de-sail-environnement
Chocolat fabriqué dans leur chocolaterie à Morlaix © Grain de Sail

Une entreprise authentique aux valeurs bien marquées : “Grain de Sail®, une marque forte qui associe une production régionale de qualité, des emplois locaux, un bilan carbone au ras des pâquerettes … et surtout une belle aventure maritime et humaine !” Explique-t-elle.

Transport Maritime :
des cargos extrêmement polluants*

On ne le sait pas forcément, mais dans le monde, 90% du transport de marchandise se fait par bateau. Et un bateau qui transporte des marchandises c’est gros, et ça consomme beaucoup, beaucoup de fioul. Pour vous donner une idée, un bateau de commerce classique consomme environ 60 tonnes de fioul par jour, tandis qu’un gros tanker, lui, en consomme un monstrueux 300 tonnes par jour !

Si on compare ce chiffre, à ce que consomme un camion (un ridicule 800 L par jour) ou une voiture (120 L si on roule vraiment comme un acharné toute la journée), 300 tonnes de fioul par jour ça fait beaucoup : un bateau qui navigue c’est 400 camions, ou 2500 voitures.

Et par les mers et océans, des bateaux comme ça on en trouve quelques 60 000.

Mais comparer l’émission d’un tanker à celle d’un camion ou d’une voiture n’a pas beaucoup de sens, la quantité de marchandise transportée n’est pas tout à fait la même ! Pour donner un élément de comparaison, un camion classique transporte 40 tonnes alors qu’un gros bateau lui en charge 200 000. Alors pour s’y retrouver, on a l’habitude de quantifier la pollution aux gaz à effet de serre en gCO2/tonne.km.

Questcequequoiquecestça ?
Ça veut dire : combien de CO2 on a mis dans l’atmosphère pour trimballer 1 tonne de marchandise sur 1km, et là, le tableau n’est plus tout à fait le même.

Avion : 1500
Voiture : 1000
Camion : 100
Bateau : 20
Valeurs en gCO2/t.km

grain-de-sail-cargo-voilier-transport-maritime
©EU MRV - système de surveillance, de déclaration et de vérification des émissions de CO2 des transports maritimes

Alors, quoi ? Finalement ça pollue pas un énorme porte-conteneurs ? Si, si, rassurez vous.

D’abord, ne considérer que les gaz à effet de serre, c’est ignorer probablement la moitié du problème : en effet, les bateaux brûlent du fioul de piètre qualité (normal, vu la quantité qu’ils en crament !) et cela a la fâcheuse tendance d’émettre d’autres gaz polluants comme des oxydes de souffre et du protoxyde d’azote en grande quantité, et ça, même si on ne sait pas trop ce que ça veut dire, ça n’a pas l’air très catholique. En effet, ça ne l’est pas.

Deuxièmement, même si c’est le moyen de transport qui émet le moins de CO2 par tonne km, il se trouve que ça en rejette quand même une bonne pelletée (repensez aux 60 000 bateaux qui crament 300 tonnes de fioul par jour, tous les jours !).

Et tout ça pour quoi ?
Trimballer 90 % de nos biens de consommations dont on pourrait :
1. Se passer purement et simplement,
2. Trouver en local, ou trouver un truc équivalent en local,
3. Les faire venir, mais en moins grande quantité / meilleure qualité (plus durable quoi…)
et 4. (qui peut marcher que si on applique 1, 2 ET 3 !) les trimballer à la voile plutôt qu’au fioul.

 

Grain de Sail :
une logique de Développement Durable

Depuis 2010, Grain de Sail est un producteur breton de cafés et de chocolats bio, dont les matières premières seront désormais transportées à la seule force du vent, par un voilier de charge transatlantique.
Une aventure maritime dans le respect de l’environnement, afin d’éviter que l’acheminement de leurs ressources ait un impact carbone trop important.

En 2011, ils réalisent leur première expérience de transport à la voile avec un petit voilier de 11 mètres. Ce n’est pas peu fiers, qu’ils ramènent à son bord plus d’une tonne de café vert.

Basés à Morlaix, ils construisent, en 2013 une torréfaction au bord de la rivière de Morlaix. Puis en 2016, ils créent une chocolaterie pour maîtriser eux même la fabrication de leur chocolat. En sélectionnant rigoureusement leurs fèves et leurs grains, ils contrôlent ainsi la qualité de leurs produits.

En 2016, ils poursuivent leur expérience à la voile et font appel à Fair Transport, une entreprise de navigation écologique, pour ramener du cacao et du café de République Dominicaine à bord de leur vieux gréement à voile, Tres Hombres.

Les premiers pas de Grain de Sail dans l’aventure d’un mode de transport respectueux de l’environnement, l’amènent ensuite à construire son propre bateau !

grain-de-sail-voilier-cargo-transport-martimie
© NAO



Votaan 72 :
un Voilier-Cargo sur mesure

En 2018, après 4 ans de recherches et développement, ils décident alors de créer leur bateau. Et c’est ainsi que pour la première fois, un voilier-cargo moderne va être conçu pour le transport de marchandises transatlantique. Ils sont même lauréats ADEME (agence de la transition écologique) de l’appel à projet “initiative PME – véhicules et transports du futur 2016”.

C’est le chantier naval Alumarine, qui prendra en charge ce projet maritime de commerce à la voile.

Ils ont conçu un voilier finançable et exploitable à 100% dès la première année. Le coût du bateau n’est pas des moindres et s’élève à 2 millions d’euros.

alumarine-grain-de-sail-voilier-cargo-chantier-naval
Votaan 72 © Grain de Sail & Alumarine

 

Cette goélette (2 mâts de taille égale) porte le nom de Votaan 72, pour Voilier Océanique de Transport trAns-Atlantique iNnovant de 72 pieds (soit 22m). C’est un monocoque en aluminium. Afin de conserver au mieux les marchandises durant le transport, ils ont élaboré une cale, réfrigérée par des énergies vertes, d’une capacité de stockage de 28 palettes (soit environ 50 tonnes de marchandises). Les palettes sont sécurisées à l’aide de sangles. La cale a été aménagée avec des coussins gonflables, destinés à éviter le ballotage de la cargaison.

Ils se sont inspirés des techniques d’isolation de bateaux de pêche pour conserver la qualité des produits. Il est en effet indispensable de contrôler la température et l’hygrométrie.
Enfin, l’électricité est produite à bord par 2 hydro-générateurs, 2 éoliennes et 3 parcs de panneaux solaires.

L’équipage est constitué de 4 marins professionnels (3 hommes et 1 femme).

Grain de Sail :
le grand départ

A ce jour, il est prévu que le Votaan 72 fasse 2 boucles transatlantiques, dans l’année, d’environ 3 mois chacune.

C’est le 18 novembre dernier, que le grand départ a eu lieu depuis St Malo. 15 000 bouteilles de vin bio français ont été chargées. Après 3 à 4 semaines de voyage entièrement à la voile, le navire doit arriver à New York. Le vin y sera déchargé et livré à des cavistes et restaurateurs locaux.

Dix jours plus tard, le voilier prendra la direction de l’Amérique Latine. Là, du cacao et du café vert seront embarqués. Grain de Sail reprendra sa route vers la Bretagne avec 35 tonnes de marchandises.

Il est important de noter que leurs voiliers ne quitteront jamais la Bretagne à vide.

 

grain-de-sail-export-transport-transatlantique
Trajet transatlantique de Grain de Sail © Grain de Sail


Navigation Ecologique :
Un chemin à prendre

“On est convaincus qu’on peut faire du transport décarboné. Ça nécessite des réflexions et des façons de faire différentes. Nous, c’est quelque chose qu’on est prêts à assumer, et pour l’instant, les consommateurs aussi. Donc, on a un surcoût d’à peu près 10 centimes par tablette. C’est relativement peu et c’est un petit effort que l’on demande pour soutenir l’entreprise et notre philosophie ». Explique Stefan Gallard directeur marketing de Grain de Sail.

Une initiative prometteuse pour l’avenir et ils ne sont pas les seuls à penser dans ce sens là, comme l’entreprise Towt (TransOceanic Wind Transport) ou encore Neoline, des professionnels de la marine marchande convaincus de la pertinence de la propulsion vélique comme solution responsable dans le monde du shipping.

Pour que le transport à la voile s’instaure de manière pérenne, il est urgent qu’il y ait plusieurs acteurs sur le coup. Et que le consommateur soit aussi de la partie.

Persuadé que c’est la voix à prendre, Grain de Sail a déjà lancé un second projet pour transporter 250 tonnes de marchandises.

 

En fin de compte, nous aussi nous avons la faculté d’être acteur de cette transition en soutenant (par notre consommation) des initiatives telles que Grain de Sail.
Tout simplement en s’intéressant à ce que l’on consomme, de la provenance des ingrédients jusqu’à l’arrivée du produit dans nos placards. Et surtout en achetant un peu moins de quantité pour plus de qualité.

Cette prise de conscience est essentielle pour le bien être de tous et de nous même. Tournons nous vers une production plus humaine, moins industrielle, ce ne sera pas plus cher et on y gagnera sensiblement en qualité de vie.

J’ai envie de dire “Soyons des citoyens un peu sérieux maintenant”, comme nous avertit si bien Aurélien Barraud.

voilier-morlaix-saint-malo-transatlantique-grain-de-sail
Le jour du grand départ à Saint Malo, le 18 novembre dernier © NAO
alu-mette est un projet mené de manière indépendante et je ne souhaite pas y inclure de publicité. Si ces contenus vous sont utiles, vous donnent le smile, sentez-vous libre de soutenir alu-mette en faisant un don sur Tipee :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur print
Print
Partager sur email
Email

AUTRES PUBLICATIONS

alu-mette est un projet mené de manière indépendante et je ne souhaite pas y inclure de publicité. Si ces contenus vous sont utiles, vous donnent le smile, sentez-vous libre de soutenir alu-mette en faisant un don sur Tipee :

Rejoindre
les alu-mettes

OUI je veux être au courant de toutes les infos qui font du bien 🙂

Je déteste les spams autant que vous. Je n’abuserai pas de votre adresse e-mail. Elle ne sera jamais cédée ni revendue.