Le Pot de Fleurs Composteur :
une Solution pour vos Déchets

Initiative inspirante - Les Transfarmers

Les 4 Transfarmers : Henri, Thomas, Aliette & Louis
©️Ananda Photo Factory

 

Un pot de fleur qui composte les déchets organiques chez soi, dans sa cuisine, son salon ou sur son balcon, grâce à de jolis lombrics super mega efficaces !

Composter ses déchets organiques, un geste essentiel qu’il serait bon de prendre comme habitude. C’est le pari des Transfarmers : transformer une poubelle en pot de fleurs et qui en plus produit un terreau riche et fertile. Une jardinière avec un compost intégré, en voilà une bonne idée. 

Tout d’abord, un petit rappel sur ce que sont les déchets organiques et l’obligation morale, sociétale, environnementale de les composter !

Ensuite, comment faire un compost d’intérieur ?
Découvrez comment ça marche et comment Les Transfarmers ont pensé à tout ! “ Des vers, du compost et des plantes nom de Dieu, un pot d’fleurs composteur on a rien trouvé d’mieux”.

 

dechet-valeur-educative-du-pot-de-fleurs-composteur-pedagogie
Apprendre aux enfants le cycle du vivant © Nathalie Leboullenger

Composter ses déchets organiques :
pourquoi c'est très important ?

Il est nécessaire de composter nos déchets organiques même dans un appartement, même si l’on ne veut pas faire un potager, même si l’on ne veut pas de ce beau terreau pour nos fleurs ou nos plantes aromatiques. Revenons sur l’impact que ça a de jeter nos déchets organiques dans nos poubelles lambdas.

Que deviennent-ils ? Où disparaissent-ils comme par magie ?

Traiter ces déchets représente un coût important pour notre économie et surtout pour notre environnement : il faut les transporter, les trier, les recycler, les incinérer, les enfouir ou les stocker. Et oui s’ils disparaissent hors de notre vue, ils ne disparaissent pas pour autant de la surface de la Terre. Et mélangés aux autres déchets (plastique par exemple) dans les décharges, ils entraînent une pollution dramatique des sols et de l’eau.

L’Ademe (l’agence de la transition écologique) a calculé que la production de biodéchets (déchets organiques) annuelle en France est estimée à 22,1 millions de tonnes. Plus de 2/3 de ces déchets organiques sont produits par les ménages.

Les déchets organiques sont des déchets fermentescibles, c’est-à-dire qui pourrissent. Ce sont des résidus d’origine animale ou végétale qui sont dégradés par des micro-organismes. On compte les déchets verts issus des jardins, de l’agriculture et les restes de cuisine. L’idéal serait de les recycler pour les transformer en engrais, en compost ou en gaz.
Chacun, à son échelle, peut donc agir pour faciliter le recyclage des déchets organiques.

Chez les ménages, on estime que les déchets organiques représentent 1/3 du poids des ordures. Des déchets qui ne devraient pas finir à la poubelle !

 

decharge-ciel-ouvert-enfouissement-dechets
France, Crépy-en-Valois : Enfouissement des déchets
Le tonnage autorisé est de 120 000 tonnes par an ©Alexis Bisson

Le volume des ordures ménagères a baissé en France depuis 2013, mais reste trop conséquent : 568 kg de déchets /habitant et par an, avec une part élevée de déchets qui pourraient être compostés, recyclés ou tout simplement évités.

Retrouvez tous les chiffres des ordures ménagères dans l’infographie ci-dessous :

dechets-menager-ordure-recyclage


Composter : un geste essentiel

Le compost provient de la transformation de déchets organiques (restes de fruits et légumes, feuilles, branchages, tonte de pelouse, etc.) en présence d’eau et d’oxygène, par le biais de micro-organismes (champignons microscopiques, bactéries…). Des organismes de plus grande taille interviennent : ce sont les décomposeurs tels que les lombrics, les acariens, les cloportes, les mille-pattes, les coléoptères et beaucoup d’autres petites bêtes ragoûtantes du genre. Le produit obtenu est de l’humus, essentiel en agriculture et en jardinage. Pour la nature, rien ne se jette, tout se transforme… Les plantes qui meurent se décomposent sur place et les éléments qui les composent sont de nouveau disponibles pour les nouvelles plantes en croissance. Prenons-en exemple, non ?!

Les Transfarmers : valeurs & concept


Les Transfarmers ce sont 4 copains, ingénieurs agronomes, qui proposent des “solutions simples visant à aider chacun à se (re)connecter à la nature et à la préserver, qui travaillent main dans la main avec la nature pour dessiner le futur.”

Ils mettent en place “des objets d’utilisation simple qui pourraient durer toute une vie et plus, qui auraient tous en commun d’être une alternative ou une solution pour préserver l’environnement, tant dans leur conception que dans leur usage” : un pot de fleurs composteur !

La forme et les matériaux du pot de fleurs composteur ont longuement été réfléchis pour son bon fonctionnement : d’un côté la fleur et la terre et de l’autre, séparé par une grille, le compost et les petits lombrics, que vous nourrissez avec vos déchets de cuisine. Ils se régalent et les décomposent en nutriments dont la plante se nourrit ensuite.

Dans le ventre du Pot de Fleurs Composteur © Les Transfarmers


Le pot de fleur composteur :
une production respectueuse de l’environnement

Une fabrication française sauf pour le bouchon en liège (Portugal), qu’avec des matériaux respectueux de l’environnement !

Les pots sont fabriqués par un céramiste à Amance (dans l’Aube). Il la produit dans son atelier, labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV), avec la terre rouge de Champagne.

Étienne et David Drouilly, céramiste à Amance (Aube) © Les Transfarmers
Étienne et David Drouilly, céramiste à Amance (Aube) © Les Transfarmers

Les vers eux, viennent de Quimper en Bretagne. Ce fournisseur, spécialisé dans l’économie circulaire, élève les vers grâce au marc de café qu’il récupère localement et utilise pour faire pousser des pleurotes. Il utilise ensuite le compost pour produire des légumes frais. On devrait tous un peu faire comme ça, non ?

La coupelle est fabriquée en Bourgogne, à partir de papier recouvert d’une fine couche de mélamine pour la rendre étanche.

La membrane intérieure vient de Normandie, elle est en plastique mais pas d’inquiétude c’est du plastique régénéré à partir de chutes industrielles.

Et les bouchons eux, sont en liège du Portugal mais sont finis dans leur atelier.

Enfin, le tout est assemblé puis expédié depuis Montpellier, où sont situés leurs bureaux.

compost-lombricompost-jardicompost
Structure du Pot de Fleurs Composteur © Les Transfarmers

Et comment fait-on avec les vers ?

Voici, quelques questions que vous vous posez sûrement quant au fonctionnement avec les vers et auxquelles Les Transfarmers répondent très simplement et efficacement (réponses issues de leur site).

Quelle est la différence entre compost et lombricompost?
Composter est un terme général qui inclut différentes méthodes. Le lombricompost est produit par des vers spécifiques, Eisenia fœtida en général mais aussi Eisenia Hortensis et Dendrobaena veneta. Cette pratique est particulièrement adaptée pour une utilisation domestique, en intérieur ou non. Dans la plupart des composteurs de grande taille que l’on peut installer dans un jardin, les vers viennent spontanément et sont donc tout aussi présents et actifs que dans un lombricomposteur.


Est-on obligé d’avoir des vers ?
OUI ! Dans le pot de fleurs composteur, c’est indispensable car c’est un lombricomposteur. Ce processus permet un compostage intégral de vos déchets, et le compost qui en sort est utilisable en l’état : il ressemble à du terreau, sauf qu’il est plus riche en nutriments. 

Mes vers s‘échappent !
Cela est très rare avec Eisenia fetida mais peut arriver. C’est le signe d’un déséquilibre qui les pousse à fuir. Vous les retrouverez autour du pot, probablement tous secs car ils ne peuvent pas aller loin en dehors d’un milieu humide. Il se peut que le phénomène soit passager et ne concerne qu’un petit nombre d’individus (en effet il y en a environ 500 au départ donc la perte de 10 ou 20 vers a peu d’impact. Il faut cependant étudier la question pour éviter que les autres ne se fassent la malle).

Est-ce que c’est sale ? Ça pue ?
Non, le lombricompostage ne dégage pas de mauvaises odeurs. Respectez bien la liste des choses à mettre et à proscrire, sans oublier d’apporter de la matière sèche très régulièrement. Une petite note «sous-bois» pourrait même s’en dégager ! Bouchon fermé, dans tous les cas, aucune odeur c’est garanti !

Par matières sèches, ils entendent papier ménage (sopalin bio), carton du rouleau de papier toilette, mouchoirs, etc.

Et vous, il est où votre compost ?

Les Transfarmers déclarent avec humour : « T’as des épluchures ? T’as un composteur ? Et bien tu prends ton composteur et tu mets tes épluchures dedans. »
C’est simple non ?! Ça nécessite un petit geste de notre part, une petite poignée d’épluchures et ça représente un grand pas vers une gestion durable des déchets (qui n’en sont plus… tout simplement) ! 

Soyons attentifs à ce que nous consommons, prenons conscience du cycle de vie de tous nos biens. Où finissent-ils ? Que deviennent-ils ? Ne faisons plus semblant de croire qu’ils disparaissent et retournent à la Terre comme par enchantement. Soyons responsables !


compost-cuisine-dechets-organiques-biodechets
Votre Pot de Fleurs Composteur ©️Damien Poullenot

Vidéo explicative des Transfarmers :
“Dans le ventre du Pot de fleurs composteur”

Renseignements complémentaires : 

Tout savoir sur le lombricompost

Déchets – Chiffres Clés : Ademe

« La gestion des déchets – qu’ils soient produits par les ménages, les artisans, les commerçants, les entreprises, le monde agricole ou les collectivités territoriales – représente des enjeux majeurs tant au regard des impacts environnementaux et sanitaires que de la nécessaire préservation des ressources.

Une meilleure connaissance des flux de déchets et de leurs coûts de gestion est indispensable. Cette nouvelle édition 2020 des chiffres-clés Déchets propose un raisonnement cohérent avec le modèle d’économie circulaire.
Elle présente les principales données sur la production, la collecte, le traitement et l’économie des déchets, largement illustrées de graphes, cartes et tableaux. Des volets sont également consacrés aux activités et emplois générés par la gestion des déchets, aux dépenses et aux coûts de gestion, ainsi qu’aux impacts environnementaux des déchets.
Chaque chapitre contient en introduction les éléments essentiels à appréhender ainsi que les faits marquants. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

alu-mette est un projet mené de manière indépendante et je ne souhaite pas y inclure de publicité. Si ces contenus vous sont utiles, vous donnent le smile, sentez-vous libre de soutenir alu-mette en faisant un don sur Tipee :
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur print
Print
Partager sur email
Email

AUTRES PUBLICATIONS

Rejoindre
les alu-mettes

OUI je veux être au courant de toutes les infos qui font du bien 🙂

Je déteste les spams autant que vous. Je n’abuserai pas de votre adresse e-mail. Elle ne sera jamais cédée ni revendue.